Tout est dit .

A 37 ans ( mon âge ) beaucoup de choses passent par la tête , y compris le contexte socio-économique dans lequel nous vivons actuellement . Fidèle internaute du site du « monde.fr » , je suis tombé par hasard sur un article de Mr Arnaud Dupui-Casterès , président de société , ancien conseiller de Jean Pierre Raffarin. Je cherchais depuis longtemps à résumer mon point de vue sur la situation actuelle . Or cet article le fait de façon complète et quasi parfaite , du moins il est en totale adéquation avec mon ressnti , et probalement celui de beaucoup de personnes…Je vous laisse juger par vous -même :

 

Extrait de « points de vue  » Lemonde.fr daté du 07/10/2010 :

 » La France pays immergent « 

Arnaud Dupui-Castérès, président de société, ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin

La pudibonderie gouvernementale autour du mot « rigueur » et la gloriole autour de la croissance du deuxième trimestre nous rappellent à quel point se voiler la face est une spécialité française. Mais pire que d’ignorer la réalité est de la travestir. Rares sont les médias à avoir souligné que le 0,6 % de croissance du second semestre, qualifié d’« embellie », est 3,5 fois moindre que la croissance allemande, ou encore inférieur à 40 % de la moyenne des pays européens !

Au-delà de la polémique sur notre croissance, cet exemple souligne à quel point les Français ont du mal à se comparer et donc à saisir les évolutions de leur environnement. Car si ce chiffre en tant que tel n’est pas mauvais, c’est au regard de la croissance du reste du monde qu’il faut s’interroger. Et la vérité est inquiétante : l’optimisme béat de la classe dirigeante française ne doit plus tromper personne.

Quatre ans après l’annonce d’une « rupture » porteuse d’espoirs mais restée bornée en grande partie à l’exercice du pouvoir, les Français n’ont toujours pas le moral, c’est le moins que l’on puisse dire ; ils ont peur de l’avenir comme aucun autre peuple. Ils ne font pas confiance à leurs dirigeants (toutes tendances politiques confondues) comme aucun autre peuple ; ils veulent être « protégés » par l’Etat comme aucun autre peuple. Ils ont peur des autres, perçus comme des menaces intérieures (les Roms ?) et extérieures (les économies émergentes notamment). Lentement, mais comme si ce mouvement était inéluctable, le moral de la France sombre dans la grisaille aussi sûrement que ses indicateurs s’enfoncent dans le rouge.

Les déficits de l’Etat et de l’assurance-maladie sont structurels, les caisses de retraite sont en faillite virtuelle, le taux de chômage reste élevé et, plus encore pour les juniors et les seniors, l’essentiel de la création de richesses est absorbé par une protection sociale irresponsable. Le pouvoir d’achat reste statique par-delà les statistiques, la paupérisation s’étend, le climat social se tend. On sait raisonnablement que notre sacro-saint modèle social ne pourra se maintenir en l’état. Pourtant, la France se partage entre ceux qui y croient encore et ceux qui font semblant d’y croire.

Ces exemples sont l’un des innombrables symptômes d’une réalité consternante que nous préférons ne pas nommer : la France est un pays « immergent ».

Les chiffres éloquents sont abondants, n’en prenons que trois très importants.

- L’indice des prix des logements rapportés aux revenus disponibles des ménages a progressé, entre 1980 et 2009, de près de 150 %, là où le pouvoir d’achat des Français a évolué de moins de 80 %. Le revenu disponible des Français après les impôts, les taxes et le logement baisse considérablement.

- Le nombre de Français vivant en dessous du seuil de pauvreté, selon l’Insee (c’est-à-dire avec 950 euros par mois), est de 8 millions de personnes, soit 13,4 % de la population. Dans la plupart des pays émergés, les taux de pauvreté se sont littéralement effondrés au cours des deux dernières décennies. Il est à moins de 6 % en Malaisie et il est d’à peine 1 % à Taïwan !

- Un Français sur deux a un revenu inférieur à 1 580 euros par mois.

Face à ce constat d’une France qui décline, nous préférons ne pas voir ou ne pas croire que le monde change, qu’il avance, indépendamment de nous. Les élites ne nous disent rien ou presque sur les solutions pour enrayer le déclin. Les Français, réfugiés dans une multitude de « citadelles assiégées », de statuts dont les murailles protègent autant qu’elles excluent, ne veulent et ne savent pas s’adapter aux changements parce qu’ils refusent d’admettre que d’autres pays, d’autres modèles sont en passe de les dépasser, voire de les dominer.

« Fatiguée psychiquement » – pour reprendre l’analyse du médiateur de la République, Jean-Paul Delevoye -, la société française pratique le déni à grande échelle. Névrosée, elle est obsédée par la défense des privilèges, alors même que son pacte social s’est fondé sur leur abolition. Les Français ne comprennent pas ce qu’il se passe dans le monde, toujours persuadés de la supériorité de leur modèle et de leur histoire. Toujours persuadés que les bras très nombreux des pays en voie de développement sont faits pour produire au service d’un Occident éduqué, cultivé, civilisé et donc dominateur.

Malheureusement ou heureusement, ce temps-là est révolu depuis plusieurs années. Les pays émergés sont des concurrents pour la production industrielle, pour les services, la recherche, l’innovation. Ils produiront pour eux-mêmes et consommeront par eux-mêmes. Quand ils ne détiennent pas les sources d’énergie, ils ont une main-d’oeuvre industrieuse, volontaire et de mieux en mieux formée.

Ce sont les populations des pays émergés qui font et feront la croissance future : en 2010, le gouvernement brésilien a imposé la rigueur budgétaire pour ne pas dépasser les 7 % de croissance. L’Afrique fera plus de 5 %. L’Inde et la Chine poursuivent leur dynamique. Singapour, dont le revenu par habitant est égal à celui de la France, a connu une croissance de 18 % au deuxième trimestre !

La croissance des pays émergents, les records qu’ils battent et que l’on nous annonce chaque jour, parfois fascinent, souvent effraient, mais jamais nous n’en évaluons les conséquences pour la France. La crise de 2008 a fait découvrir aux Français que les plaques tectoniques de l’économie mondiale avaient sérieusement bougé et que de nombreux pays émergents avaient… émergé. Sur la scène internationale, la compétition entre les nations n’est pas un examen, mais un concours. Autant dire que les meilleurs gagnent. Et, dans ce concours permanent, nous perdons du terrain chaque jour.

Il ne s’agit pas de faire des 63 millions de français des Cassandre, nous n’en avons pas besoin ! Mais encore faudrait-il analyser la nouvelle donne internationale, être lucides sur nos faiblesses mais aussi sur nos forces pour faire un constat clairvoyant. C’est cela que nous attendons de nos dirigeants politiques pour qu’ils puissent expliquer sereinement et sérieusement aux Français la situation et proposer les chemins escarpés qu’il faudra tous prendre pour faire face aux défis du XXIe siècle.

La crise, qui aurait dû être l’occasion de faire la nécessaire pédagogie de la réforme, voire de la rupture, pour générer la croissance future du pays, renforcer nos atouts dans le concert économique des nations, préserver notre modèle social (quitte à en abolir les excès), remettre les Français au travail, développer notre créativité, a suscité tout l’inverse : la démagogie de tous, l’aveuglement de beaucoup et le retour en force de l’Etat. Cet Etat si malade qu’il ne peut malheureusement déjà plus protéger qui que ce soit.

La France ankylosée qui immerge tout doucement n’est pas une fatalité. Il existe un faisceau de présomptions de l’existence du génie français : notre productivité, notre formation, la puissance de nos entreprises internationales (que l’on passe un temps infini à morigéner), qui se classent, pour beaucoup d’entre elles, dans les trois premiers mondiaux de leurs secteurs respectifs, notre terroir, nos infrastructures, la qualité de notre fonction publique, etc. (la liste est longue). Espérons que les dirigeants politiques se réveillent avant que le peuple, dans un sursaut, ne fasse tomber les citadelles du statu quo pour remettre la France la tête hors d’eau.

Arnaud Dupui-Castérès, président de société, ancien conseiller de Jean-Pierre Raffarin

0 commentaires à “Tout est dit .”


  1. Aucun commentaire

Laisser un commentaire



Actualité des blogues du FN |
G Marwane Le saodien |
MangaFun |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | pour une Algerie meilleure
| Apple-Jailbreak
| Les Grands Lacs en Trio